2) Poison, toxicologie, feu et explosif

a) La toxicologie

Les méthodes employées par les toxicologues peuvent , par l'analyse d'une meche de cheveu, prouver qu'un suspect a employé des drogues quelques semaines plus tot, ou detecter des traces infimes de poison dans le sang d'une victime de meurtre.

L'identification :

Dans les cas de drogues et d'alcool, ces tests emploient généralement la chromatographie, une méthode de séparation des corps chimiques selon la vitesse à laquelle ils se déplacent dans un gaz ou un liquide. Le chromatographe gazeux est un appareil indispensable dans tout les laboratoires de toxicologie. Il contient un tube étroit, généralement rempli de granulé solides. On y fait passer un gaz non réactif, comme de l'azote, appelé gaz porteur. Quand l’échantillon vaporisé y est injecté, les corps chimiques s'y déplacent à différentes vitesses. En chronométrant le moment où les composés atteignent le senseur à l’extrémité du tube, il est possible d'identifier les constituants de n'importe quel mélange.

drogue.jpg

L'extasy est la drogue la plus consommée au monde

L’empoisonnement :

Les échantillons de sang et de foie sont les plus courant, mais les légiste d'autre échantillons. La bile, par exemple, concentrent les antidépresseur, la morphine,ne et l’héroïne. Les substance volatiles de type solvant seront dans les poumons et les cheveu donneront un état chronologique d'un empoisonnement (à l'arsenic). Les toxicologues analysent ces échantillons de la même manière que le sang et l'urine des sujets vivant : test immunologique et chromatographique.

L'alerte biologique :

Quand les terroristes frappent, les toxicologue ne prennent pas de risques. Les combinaison stériles qu'ils portent pour prélever de échantillons sont décontaminés méticuleusement et de retour au laboratoire, ils étudient les spécimens dans des boites de manipulation étanche.

b)Les poisons 

Grâce aux avancée de la toxicologie, le poison est bien facilement détecté et identifié de nos jours. Les empoisonneurs d'aujourd'hui sont généralement des terroristes cherchant à semer le chaos.

Les différents poisons sont :

L'arsenic : quasiment insipide, cette poudre blanche avait les faveur des société victorienne.Les symptômes sont des vomissement, le poul faible et les extrémité deviennent bleues. Son action agit au tube digestif.

Le cyanure : c'est une extraction des feuilles de laurier, il peut tuer en 5 minutes. Ses symptômes sont l’étourdissement, des convulsion, la perte de conscience et l'asphyxie. Il empêche le sang de porter de l’oxygène.

kaliumcyanid.jpg

Dose mortelle de cyanure

L'antimoine : Il a un goût métallique, il est généralement administré à petite dose sur de longues périodes. Les symptômes sont des vomissements, des crampes, les suées, les dépressions et rend le poul irrégulier. Il entraîne l’arrêt cardiaque.

1596321729-9120d5ce98.jpg

Roche d'antimoine

Le plomb : il est employé sous forme de sucres à l’acétate de plomb, ¼ de sucre suffit à tuer. Les symptômes sont des douleurs à l'estomac, des vomissement, des diarrhées, coma. Il touche le cerveau le foie et la circulation.

plomb.jpg

Plomb


Le thallium : ses composés se dissolvent dans l'eau, il est invisible et insipide. Ses symptômes sont semblable à la grippe, la victime perd aussi ses cheveux. Le poison attaque les nerfs et les cellules.

s9s.jpg

L'amanite phalloïde : elle fut utilisée par l'empereur romain Néron sur Claude (son prédécesseur). Les symptômes (crampes à l'estomac, vomissements, diarrhées et hallucination, coma) peuvent durer plusieurs jour avant de tuer. Il attaque le tube digestif et le foie.

superbe-amanite-phalloide.jpg

La belladone : Elle fut très utilisée par les italiens de la renaissance (la famille Borgia). Les symptômes sont la bouche sèche, fièvre, pupille dilaté et le coma. Il entraîne la paralysie des poumons et du cœur.

belladone-1.jpg

Belladone 


La strychnine : elle est très amère et les victime consciente lors de convulsion douloureuses et fatale. Les symptômes sont l'agitation puis spasme fort qui déchire les ligaments musculaires. Il provoque la paralysie respiratoire.

strychnine.jpg

c) Le feu

Les enquêteurs spécialisés savent lire les indices, même dans une ruine fumante et à demi effondrée. Ils peuvent prouver qu'un incendie est criminel et, s'il y a des victimes, l'accusation d'incendie criminel se double d'une accusation de meurtre.

Les enquêteurs cherchent avant tout l'origine du feu. Les incendiaires dissimulent leur travail et allument en plusieurs endroits. Par constate, un incendie accidentel commencera plutôt en un endroit unique, et la cause sera généralement évidente et visible. Pour l'observateur exterieur, la decouverte du foyer de l'incendie dans un batiment en ruine, sous les couches de cendre et de gravas, peut sembler mission impossible. Mais les enqueteur on de l'experience et savent "lire" les lieux. Le feu se deplace vers le haut, et commence donc plutot en bas des zones brulées. Les signes leur indiquant le foyer de l'incendie sont la chaleur residuelle, l'eppaiseur des cendre et des debris, les trainées de fumée, les distortion du plastique, du verre et du metal, les degat au plafond et l'ordre dans lequel sont intervenus les domages structurels. Une fois que les enqueteurs ont situé le depart du feu, ils fouillent les decombres pour retrouver sa cause. 

Incendie volontaire

d) Les explosifs

Les explosifs artisanaux sont de type et de puissance extrêmement variable en fonction des substance utilisées dans le commerce soumis à une réaction d’oxydoréduction dans un espace confiné. On retrouve dans leur composition des désherbants, du charbon et du souffre. Mais le caractère artisanal d'un explosif ne préjuge pas des capacités destructrice de l'engin qu'il alimente.

Le TATP (triacetone triperoxyde) est un explosif accessible, facile à fabriquer, il est surtout utilisé au Moyen-Orient par les terroristes islamistes. La recette est sur internet et les ingrédients (eau oxygénée, acétone) dans les épiceries. Le TATP fut utilisé en France dans les attentats de 2004. Il est devenu une marque du terrorisme islamiste.

Si il s'agit d'une explosion, il est impératif de retrouver les débris de l'engin explosif, même s'ils sont minuscules. En effet, c'est en analysant ces débris que l'on pourra reconstituer la bombe. S'agit-il d'un explosif militaire, industriel ou artisanal ? Selon la réponse, on pourra orienter les enquêteurs vers une liste de revendeurs connus. La fabrication d'une bombe est souvent très personnalisée et permet en général de dégager un profil de suspect.

tatp-1.png

Ingrédients et recette pour la fabrication de TATP

Si on retrouve une poudre (poison)  inconnue on fait une chromatographie (cela permet de determiner une espèce chimique ou un mélange chimique)

Cette technique permettra d'identifier la  poudre en comparant la chromatographie de celle-ci avec des chromatographies de differents poisons répertoriés

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×