4) Indice divers

 1) Les empreintes de pas 

Dans les romans, les empreintes peuvent conduire le détective directement aux criminels. En réalité, elles laissent rarement une piste si évidente, et servent surtout à prouver qu’un individu (avec un véhicule) a visité les lieux.

Naturellement, il est toujours possible de changer de chaussures. Mais tout de même, les empreintes de pas font parie intégrantes des éléments importants retrouvés sur une scène de crime  car elles recèlent un grand nombre d’informations. Elles donnent des indications sur les mouvements du criminelle, mais aussi sur la rapidité de ses déplacements et même sur sa taille (une personne de 1m 80 de chausse pas du 36) mais aussi sur son poids (plus l’empreinte est profonde plus il est lourds)

 

Sur les scènes de crime on remarque deux types d’empreintes :

 

*Les empreintes à plat sont des traces de bout laissées par une chaussure sur une surface dure ou des revêtements comme de la moquette elles sont généralement partielles. Elles peuvent être photographiées. Les sources lumineuses à haute  intensité peuvent faire ressortir des détails. Les  chaussures humides les des traces bien plus visibles. Les traces sèches dans la poussière sont très délicates à trouver .Elle peuvent être relevées selon deux méthodes :

-          une couche de gélatine, une fois sèche, permet de relever l’empreinte d’une façon similaire aux empreintes digitales.

-          La seconde méthode emploie l’électricité statique. Une feuille de plastique noir est posée sur l’empreinte, puis est chargée électriquement ainsi elle attire le poussière  sur elle.

redimensionnement-de-p1020151-1.jpgtrace-de-pas-1-1.jpg

traces-pieds.jpg*Les empreintes en creux sont laissées sur les sols mous et donnent beaucoup de détails sur la semelle. Les experts s’occupent de ces indices en fonction du type de surface sur laquelle est trouvée l’empreinte. Elles sont photographiées puis moulée. Les policiers scientifiques utilisent un éclairage oblique pour marquer les reliefs, et prennent la photo face au sol. Une règle graduée placée à côté de l’empreinte permet par la suite de faire des tirages grandeur nature qu’il est dès lors possible de comparer à la chaussure du suspect.

Pour le moulage, il suffit de  remplir l’empreinte de plâtre (c’est le même que celui employé par le dentiste) qui permet souvent d’obtenir des détails que la photographie n’arrive pas à trouver. La zone est  délimitée par un moule où l’on coule le plâtre prenant la forme de l’empreinte, les enquêteurs enduisent aussi l’empreinte de fixatif. Cela stabilise les matériaux

Fragiles comme le sable. Ils utilisent aussi un agent lubrifiant qui permet au moulage de se détacher correctement. Pour les empreintes qui se trouve dans la neige, elles sont enduites de cire en bombe, puis remplies d’un matériau de moulage refroidit.

Le moulage obtenu servira d’élément de comparaison avec les semelles des chaussures du suspect.

empreintes-de-pied.jpgfrance-des-cambrioleurs-arretes-grace-aux-traces-de-pas-laissees-dans-la-neige-19039-w250-1.jpgmoulure-trace-de-pas-2-1-1.jpgplatre10-1.jpg

Les défauts de fabrication peuvent se trouvés sur tous les exemplaires d’une série mais ce n’est pas suffisants. En revanche, ce que les enquêteurs cherchent en priorité ce sont les marques d’usures comme les fissures ou coupures propres à chaque individu (dû à sa façon de marcher unique et à la forme de ses pieds, ainsi que son poids …) permettant d’identifier une semelle.

Quand les empreintes ne sont pas aussi claires, les enquêteurs applique des traitements similaire à ceux utilisés pour les empreintes digitales : comme le poudrage (ninhydrine)

qui permet de mettre en évidence des empreintes sanglantes.

Les empreintes de pas peuvent aussi  servir a rapprocher des crimes différents et donc de réorienter la chasse au suspect.

Grâce aux bases de données, les empreintes peuvent permettre d’identifier la marque et le modèle comme la SICAP. Cela permet de comparer manuellement des traces trouvées sur différents lieux de crime. Les fabricants fournissent les dessins de leurs nouvelles semelles afin d’enrichir la base de données.

 

Les traces de matériaux pris dans une empreinte creuse ou dans les empreintes à plat permet de savoir dans quel milieux il a marché, quel type de boue en fonction de sa composition. En effet, on peut comparer un échantillon de sol dans une forêt par exemple et comparer avec la terre retrouvée sur une chaussure et ainsi savoir si oui ou non il y est allé ressemant. On peut même supposer le temps qu’il faisait avant.

2) Les empreintes de pneu

Les empreintes de pneu sont traitées de la même façon avec les mêmes techniques photographiques, de moulage et de relevé. En revanche, la taille des traces pose des problèmes : enregistrer les traces d’un trente tonnes demande beaucoup de photographies et de moulages. Comme pour les chaussures on peut identifier un pneu à son dessin même ceux qui sont semblables présentent des variations de marquages et de profondeurs crées par le fabriquant pour réduire le bruit et augmenter l’adhérence. En comparant les traces à des catalogues, les enquêteurs peuvent identifier la plupart des pneus ainsi que leurs marques ce qui affine la recherche. Comme dans le cas des chaussures l’usure finit par marquer le pneu que l’on peut dès lors lier à son empreinte. Même si les largueurs de l’essieu ne sont pas des preuves elles permettent d’affiner la recherche en éliminant les véhicules ne correspondant

pas. Les examinateurs examinent la circonférence des roues pour trouver des points de similarités avec les pneus d’un suspect.

Les traces de pneu permettent également de savoir si c’est une voiture, un camion ou une moto … ainsi que de savoir s’il a freiné sec.

 trace-de-pneu-1-1.jpgpneu-neige-650x365.jpg

3) les traces de peintures de

Dans leur fuite, les criminelles peuvent commettre des erreurs comme érafler leur voiture. Cela laisse donc des traces de peintures qui sont en effet très utile pour identifier la voiture de l’auteur de crime. Les peintures de voitures étant unique pour chaque fabricants on peut facilement retrouvés la marque voir l’année de fabrication de la voiture. Les experts récupèrent régulièrement auprès des constructeurs automobiles des échantillons des peintures utilisés pour leurs nouveaux modèles. Après l’analyse de sa composition en laboratoire la peinture est entrée dans une base de données qui va permettre de comparer et de retrouver le modèle


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site