3) Traitement de l'empreinte digitale

L'identification des empreintes digitale se fait grace à deux méthodes différentes:

1) La comparaison manuelle: comparaison rapide des minuties propres a chaque empreintes digitale avec l'oeil humain (à la loupe), sans outils informatique. Cette methode est fortement utilisée par la police scientifique (pour les crimes) pouir realiser la comparaision des empreintes des suspect et celles retrouvées sur la scene de crime.

2) Comparaison, pouvoir assimiler les différentes empreintes: contrairement à la premiere methode, l'outils informatique est utilisé. L'utilisation est plus difficile car elle numérise les empreintes trouvée sur l'outil informatique. Cette méthodes est très rapide, on peut faire 40 000 recherches par jours, auparavant les recherches étant trop longues lss suspects étaient relachés.


ed6.jpg

Apres la numérisation de l'empreinte digitale, la police scientifique réalise un traitement d'image et grace à des logiciels speciaux. La binarisation supprime les defauts faisant apparaitre les arêtes (les bifurcations et les minuties) plus visiblement. La squelettisation qu fait apparaitre toutes les stries de la même épaisseur.

ed7.jpgDe la numérisation à la squelettisation


Grâce à la base de donnée de la police (le FAED: Fichier Automatisé des Empreintes Digitales, en France plus de 2 millions d'empreintes sont déjà archivées), la police pourra comparer les empreintes d'individus déjà condamné pour pouvoir trouver le criminel.

La premiere methode est plus utilisée que la seconde faute d'absence de cette technologie dans certains commisariat (technique tres couteuse)

De plus, le plus souvent la police scientifique utilise la reconnaissance informatique lorsqu'elle n'a aucune piste et donc aucun suspect en vue. Suite au prélèvement de l’empreinte digitale par la police scientifique, il ne reste plus alors qu’à identifier à qui elle appartient. Pour cela on dispose de deux techniques : la première est celle de la comparaison  manuelle, qui consiste à comparer rapidement les minuties des différentes empreintes sans outils informatiques mais seulement avec une loupe.

-

Cette technique est utilisée par la police scientifique par exemple lors d’une affaire criminelle, pour comparer les empreintes trouvées sur le lieu du crime avec celles des suspects. Cette méthode est beaucoup utilisée par la police d’une part pour son efficacité et d’autre part pour sa rapidité.

Il y a principalement quatre catégories d'identification à l'aide des empreintes digitales peuvent être individualisées :

-l'indentification d'un individu par ses empreintes digitales qui sont comparées avec celles de la base de données ;

-l'identification d'un suspect par des empreintes digitales prélevées sur les lieux du crime et lui sont comparées avec celles de la base de données ;

-la mise en cause d'un individu dans les crimes antérieurement commis ;

-Enfin, la preuve que plusieurs crimes ont été commis par un même individu non identifié.

L'informatisation des fichiers d'empreintes digitales permet une économie de temps, une meilleure précision dans les comparaisons ainsi que l'archivage sous forme de base de données d'un très grand nombre d'empreintes.

L'opération commence par une capture de l'image digitale mettant en œuvre divers principes de physique (réflexion totale frustrée, mesure capacitive ou thermique par composants électroniques ou semi-conducteurs).

- Stockage de l'empreinte sous un format approprié (par exemple, Bitmap de Windows). Le format d'entrée des images à traiter peut être réalisé par scanner, caméra de digitalisation, etc.

- Filtrage des images par segmentation pour éliminer les zones de bruit de l'image (image tachée, piquetée ou incomplète...).

- Evaluation de la qualité de l'image capturée par calculs des facteurs qui permettent d'établir un critère automatique de qualité.

- Squelettisation de l'image (noir et blanc). Il est nécessaire, pour avoir une meilleure détection des minuties, d'obtenir une image plus schématique. Toutes les lignes doivent avoir la même épaisseur (1 pixel).

- Extraction des minuties. Elle s'effectue au moyen d'un logiciel de traitement et de divers algorithmes. On extrait une structure de données. C'est le processus final qui permet l'obtention de la signature de l'empreinte (signature digitale). L'identification doit porter au moins sur 12 minuties. Chaque minutie occupe un espace de 16 octets, soit 240 octets pour un nombre moyen de minuties. Le stockage final est compacté par compression des fichiers pour économiser environ 40% de l'espace mémoire

Lors du processus d'extraction, on détecte 100 minuties en moyenne. Le logiciel n'extrait que les minuties réelles et rejette les minuties erronées. Le comptage s'effectue sur environ 40 minuties, ce qui augmente encore la certitude des résultats.

comparaison-trace-et-empreinte-digitale-au-fi.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site